Le Baron Samedi au Studio B

Bonjour octobre, Depuis le mois de juillet, j’ai commencé une série d’autoportraits. Pour chaque mois un thème intrinsèque. Pour septembre et octobre, c’est la communauté facebookienne qui, à la majorité a souhaité que j’illustre ce 10e mois de l’année sur le thème d’Halloween.

Baron samedi pour Halloween en shooting au Studio B à Beaucaire

Halloween ou Octobre Rose ?

En toute sincérité, j’hésitais entre ce thème-là pour réaliser quelque chose de décalé. Ou bien un thème sérieux, et mettre à l’honneur Octobre Rose en soutient à la recherche pour le cancer du sein. La sphère webistique à donc voté à la majorité. C’est aussi qui ça est intéressant dans ce challenge, la contrainte d’un thème proposé par d’autres.

Le Baron Samedi

Du coup voici l’autoportrait du mois d’octobre pour souhaiter la bienvenue à ce 10e mois de l’année sur le thème du Baron Samedi et du vaudou. Le Baron Samedi, dans le culte vaudou, c’est l’esprit de la mort et de la résurrection, il est le gardien des portes d’entrée des cimetières, et se met sur le passage des morts. Invoquer le Baron Samedi, c’est souhaiter la mort de ses ennemis, de se venger des âmes errantes, des personnes persécutées, des sorcières et des consultantes des cultes vaudou.

Baron samedi pour Halloween en shooting au Studio B à Beaucaire

Inspirations et recherches

J’écoute beaucoup de musique, alors que je cherchais une idée de costume sur des sites lambdas de déguisements, sur ma playlist passe les morceaux I Put A Spell On You de Sreamin’ Jay Hawkins et Voodoo Chile de Jimi Hendrix. C’est à ce moment-là que j’ai pris la direction du thème vaudou. J’ai fait de nombreuses recherches sur ce qui avait été fait en shooting mode et d’inspiration. Au fil de mes explorations, j’ai donc créé mon propre cahier d’inspiration pour savoir ce que j’allais pouvoir bien mijoter.

Réalisations et bricolages

Pour la toute première fois, j’ai créé mes propres accessoires. Que ce soit la décoration du chapeau haut de forme, à la tête réduite (tsantzas). Pour la tête réduite, je suis parti d’un jouet en plastique, sur lequel j’ai collé du papier toilette pour donner cet aspect peau séché. Je l’ai ensuite peinte, décorée et y ai collée des cheveux d’une perruque achetée dans un magasin de fête. Je ne suis pas habitué à réaliser ce type de photo complexe, technique et aussi abouti. Et qui demande tant de préparations en amont.

Sortir de sa zone de confort

Il a fallu donc que je sorte de ma zone de confort, que je travaille l’éclairage pour qu’il soit cohérent avec ma photo de fond. La photo d’arrière-plan est une image dont j’ai acheté les droits en banque d’images, car il m’état impossible de réaliser cette image. Il fallait que l’éclairage de mon autoportrait soit précis pour être crédible et cohérent avec la lumière de la photo du cimetière. Pas habitué à cet exercice, j’ai déplacé à plusieurs reprises dans la matinée mes flashs, pour trouver le setup adéquat. J’espère que le résultat est assez réaliste.

Le travail exceptionnel de maquillage

Ce travail n’aurait pas pu se faire sans l’excellence de Gabrielle Hafrad de G.Makeup , qui a fait un magnifique travail de maquillage de plus de 1h30. Que je remercie à nouveau pour son talent et sa fidélité pour les projets créatifs du studio. Elle répond très souvent présente à mes délires artistiques. Ce qui fait d’elle une partenaire parfaitement rock’n roll. Comme moi ! 😉

Ci-dessous quelques moments « behind the scene » pour découvrir la qualité de travail de Gabrielle.

 

Un résultat de dingue

J’ai passé plus de 5 heures, à tatonner sur mes retouches sur photoshop pour peaufine chaque ombres et lumières pour parfaire cette image.

Bon mois d’octobre à tous

Venez rejoindre ma communauté Facebook ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.